Quels sont les types de banques numériques et leur signification pour les entreprises ?

Les néo-banques, les beta-banques, les nouvelles banques et les non-banques sont tous des types de banque numérique. Les termes “challenger bank” et “neo bank” sont apparus il y a quelques années avec l’émergence d’un nouveau type de banque numérique visant à fournir aux clients avides de technologie des services bancaires mobiles et sans agence. La Monzo Atom Bank, dont le siège est au Royaume-Uni, a été l’une des premières banques numériques à faire son entrée sur le marché. Aujourd’hui, la banque Monzo Atom compte plus d’un million de clients, une valeur d’un milliard d’euros, et prévoit de se lancer bientôt en France. Pendant ce temps, elle se prépare à une sortie potentielle avec le géant bancaire espagnol BBVA.

Le marché de la banque numérique s’accélère partout dans le monde, en grande partie à cause des récents changements réglementaires qui facilitent l’accès des nouvelles entreprises à des services financiers aux consommateurs. Par exemple, dans l’Union Européenne et l’Espace Economique Européen, la deuxième Directive sur les services de paiement (PSD2) impose aux banques d’ouvrir leurs données à des tiers. Non seulement la législation donne aux clients des banques un contrôle total de leurs données financières, mais elle facilite également l’exécution des services de paiement au-delà des frontières. En d’autres termes, les consommateurs pourront partager leurs données, vérifier leur identité et effectuer leurs paiements beaucoup plus facilement dans l’UE et l’EEE.

La nouvelle réforme bancaire ouverte est la version britannique de la Directive sur les Services de Paiement ou PSD2 et exige que les banques partagent les données financières de leurs clients avec d’autres institutions financières en toute sécurité et dans un format standard si un client leur en fait la demande.

Selon le dernier rapport du “Le Journal des entreprises”, le marché mondial de la banque numérique devrait atteindre 9 billions d’euros d’ici 2024. Bien que des changements réglementaires similaires prennent plus de temps pour atteindre les marchés émergents de l’Amérique latine comme le Mexique, de nombreux pays européens, font également un pas dans la bonne direction avec l’introduction de nouvelles lois sur les technologies de pointe.

Les différents types de banques numériques

Les nouvelles banques

Les nouvelles banques ont des licences bancaires complètes et sont des concurrentes directes des ” big four ” (les quatre plus grands groupes d’audit financier au niveau mondial), offrant les mêmes services que les banques traditionnelles. Par exemple, les banques Monzo Atom, N26, Fortuneo, Boursorama et Revolut.

Les néo-banques

Les néo-banques  n’ont pas de licence bancaire, mais s’associent avec des institutions financières pour offrir des services sous licence bancaire. Généralement, les néo-banques exigent toujours que les clients aient un compte auprès d’une banque titulaire d’une licence existante, puis elles offrent des interfaces plus conviviales et des services gratuits. Les N26, EKO, Revolut, Bunq, Orange Bank et Morning sont des exemples de néo-banques en France.

Les bêta-banques

Les bêta-banques sont des coentreprises ou des filiales de banques existantes qui offrent des services financiers sous licence de la société mère. Les bêta-banques sont souvent créées pour pénétrer de nouveaux marchés et offrir des services limités, mais à une base de consommateurs plus large. Parmi les exemples de bêta-banques, citons AiBank (une coentreprise entre CITIC Bank Corp de Chine et le géant de la recherche Baidu) et Simple (un partenariat entre Bancorp et BBVA).

Les non-banques

Les non-banques n’ont aucun lien avec les licences bancaires traditionnelles. Ils fournissent plutôt des services financiers par d’autres moyens. Ce modèle unique permet à l’entreprise d’opérer indépendamment des banques existantes. Par exemple, Monese opère sous licence de monnaie électronique.

Les avantages des banques numériques pour les consommateurs

Ces différents modèles d’affaires montrent à quel point le secteur de la banque numérique est en train de se diversifier. Et bien que chaque type de banque challenger adapte ses services à ses clients cibles, ils offrent tous les mêmes avantages.

Une installation facile

La création d’un compte auprès d’une banque contestataire est un processus simple et sans papier. La plupart des comptes peuvent également être entièrement configurés à partir d’un appareil mobile.

Un frais moins élevés

Avec des coûts d’exploitation moins élevés, les banques concurrentes peuvent offrir leurs services à des prix plus concurrentiels.

Une plus grande inclusion financière

Les banques sans succursales ont des coûts d’exploitation moins élevés et peuvent donc se permettre d’accepter des clients qui ne sont pas en mesure d’accéder aux services financiers traditionnels en raison d’un manque d’antécédents de crédit ou de mauvaises cotes de crédit.

Une priorité à la sécurité

Les banques traditionnelles sont connues pour leur lenteur à s’adapter à la demande de services bancaires plus souples mais plus sûrs. Non seulement les banques numériques sont faciles à utiliser, mais beaucoup sont axées sur la sécurité et réagissent rapidement aux dernières menaces de sécurité.

Des Caractéristiques ajoutées

En plus de fournir des comptes bancaires numériques, de nombreuses applications bancaires de challenger offrent à leurs clients des outils intégrés de paiement, de budgétisation et d’épargne.

L’avenir de la banque

Alors que les lois bancaires continuent d’évoluer et que la confiance des consommateurs dans la banque numérique ne cesse de croître, il ne fait aucun doute que le marché de la banque numérique va devenir encore plus saturé. Un plus grand nombre de banques concurrentes apparaîtront et les organisations financières traditionnelles se concentreront davantage sur l’offre de services plus conviviaux, plus souples et plus numériques. Reste à savoir quel modèle les consommateurs adopteront le plus rapidement et comment le secteur de la banque numérique évoluera.

L'information com et marketing :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here